DYSLEXIE POUR TOUS

Blog

  • De nouvelles mesures pour nos enfants

     

    Depuis 2019, de nouvelles dispositions sont instaurées par l'Education Nationale pour tous les enfants en situation de handicap. Elles aboutiront en 2022.

     

    L'Education Nationale souhaite : 

     

    - instituer un service de l'accompagnement des élèves en situation de handicap,

    - mieux accueillir les parents et l'élève, 

    - simplifier les démarches,

    - former et accompagner les enseignants,

    - professionaliser les accompagnants,

    - s'adapter aux besoins éducatifs particuliers des enfants,

    - structurer la coopération entre les professeurs et les différents intervenants du secteur médico-social

    - piloter et évaluer le déploiement des mesures.

     

    Un nouvel organisme est créé. Il se nomme le PIAL. ( Pôle inclusif d'accompagnement localisé). Il coordonnera les aides humaines, pédagogiques, éducatives et thérapeutiques pour une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des enfants en situation de handicap.  

     

    Pour cette rentrée 2019, tous les établissements scolaires ne seront pas concernés par ces mesures. Cela concernera dans un premier temps 2000 collèges ULIS et 250 lycées professionnels ULIS.  Le dispositf se généralisera au fil des années et ce, jusqu'en 2022.  

     

    Mon regard sur ces nouvelles dispositions

     

    En élaborant de telles mesures, l'Education Nationale reconnaît l'existence d'enfants à fonctionnement différent. L'élève qui en bénéficiera, en tirera sûrement profit. Et c'est tant mieux. 

    Toutefois, pour que nos enfants puissent profiter de ces nouvelles dispositions, ils doivent être reconnus comme enfant en situation de handicap

    Depuis plusieurs années, la MDPH refuse de nombreux dossiers d'élèves dyslexiques. Les familles sont dirigées vers le PAP. Et qui dit PAP, dit pas de reconnaissance de handicap. Je pense donc que de nombreux enfants dys ne bénéficieront pas de ce nouveau dispositif.

    La dyslexie, selon sa sévérité, génère pourtant un handicap lourd dans l'apprentissage. Nos enfants ont besoin d'une meilleure prise en charge pour avancer dans de bonnes conditons. J'ai bien peur que ça ne soit pas encore le cas et que rien ne change réellement. J'espère vraiment me tromper.

    De plus, une de mes amies enseignante en Ulis me disait que ce système existe déjà. Une autre amie, professeur de SVT au lycée n'était pas au courant de ces nouvelles dispositions. Je suis par conséquent très perplexe.

    Laissons donc les chose s''installer. Nous n'hésiterons pas à faire ensemble un petit bilan en fin d'année scolaire, puis dans les années à venir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Au pays de Vinci

     
    Img 0399 4

    Cet été, je suis partie en Toscane avec ma petite famille. Au cours de notre voyage, nous avons visité Vinci, village de naissance du plus célèbre dyslexique au monde : Léonard de Vinci.

    Léonard de Vinci est né le 15 avril 1452 et décédé le 2 mai 1519 à Amboise en Touraine.  Cette année est le 500 ème anniversaire de sa mort.  

    Je souhaitais partager avec vous notre excursion. Nous avons été charmés par ce joli petit village situé en pleine vallée toscane.

         

                                                       Img 0391                                                                    Img 0406


    En route  donc vers la maison natale de Léonard de Vinci. Celle-ci se situe à 3 kms du village.

    Img 0453

    Elle est juchée en plein colline toscane au milieu des oliviers. Le paysage est à couper le souffle.

      Img 0461Img 0463Img 0462 1    Img 5037 2 5

    Voici une photo de l'intérieur de la maison.        Img 0459

    Nous avons ensuite rejoint le village afin de visiter le musée consacré à ses multiples inventions. 

    Quelques jolies ruelles et places du village

       

            Img 0395 1         Img 0401 1                 Img 0402          

                                                                                                                          

             Img 398          Img 0398 1

                                                                                        Le musée                                                         

    Quelques photos des inventions de Léonard de Vinci

                                                                                                                                                                  

                                                    Grues                                                                                                                        Grue tournante               

    Img 0416   Img 0413                                                               Img 0415

       


     

                                                                       Les machines à filer

      Img 0418​​​    Img 0419    Img 0420

                      Batteur d'or automatique et la matière or                                                                                          Horloge de chiarella                                                                                                                                                                                                                                           

    Img 0421    Img 0422 1                                                                Img 0427                                 

      

                 Char blindé                                                          Echelle                                                              Aile volante

    Img 0444                      Img 0445                         Img 0446

    Mesureur de vitesse du vent ou de l'eau                                       Pressoir à huile                                       Moulin à blé

    Img 0447                                           Img 0448              Img 0449

    Le bateau mécanique

    Img 0450

    Quelques manuscrits 

    Img 0451              Img 0452

                 

    Léonard de Vinci écrivait de manière inversée. On pouvait le lire qu'avec un miroir.

    Quelques croquis

    Img 0424                         Img 0425                     Img 0426

    Nous nous sommes ensuite dirigés vers la galerie d'art où étaient exposés les reproductions de ses tableaux. Je n'ai pu m'empêcher de prendre en photo la joconde.  

    Img 0464

    Au cours de notre visite, nous avons découvert un Léonard de Vinci ingénieur, scientifique, inventeur et peintre. Et ce n'est que quelques facettes de ses multiples facultés. Il était aussi sculpteur, architecte, urbaniste, botaniste, écrivain, philosophe, sans oublier tous les voyages qu'il a entrepris. Nous étions facinés et impressionés par tout ce qu'il a effectué. Nous nous sommes demandés comment il avait trouvé le temps de faire tout cela ?   

    Léonard de Vinci était dyslexique, soit. Ne serait-il pas de nos jours qualifié d'hyperactif ?  

    Une chose est sûre, cet homme était un génie ! 

    Et quand je pense que nous nous faisons du souci pour nos enfants ! 

     

     

     

     

     

  • Des nouvelles de ma fille (2)


    C'est officiel, ma fille passe en deuxième année de BTS.

     

    L'année fut difficile, mais elle y est arrivée.`

    Je suis vraiment très fière d'elle, car ce ne fut pas évident.

     

    La moitié de la promotion a abandonné en cours d'année. Elle a réussi à s'imposer. A savoir que la majorité des étudiants viennent de STMG et de ES.

     

    Je souhaite que la deuxième année soit moins chaotique que la première. Nous verrons !  

     

    Il ne lui reste plus qu'à bien profiter de ses vacances bien méritées !

     

    Quant à moi, inutile de vous dire que je vais beaucoup moins stresser durant ces deux mois.

  • Quand s'intéresseront-ils à nos enfants ?

    Ma fille a 19 ans. Depuis 11 ans, (pour ne pas dire plus, car dès la maternelle, c'était compliqué), nous nous battons pour qu'elle étudie au mieux. 

    Nous sommes en 2019 et nous sommes toujours confrontées aux mêmes difficultés. Incroyable tout de même !   

    Dernièrement, un professeur reproche à ma fille ses fautes d'orthographe et lui demande d'améliorer son style écrit.  Elle lui recommande de faire des efforts. Ma fille lui répond qu'elle a des soucis de dyslexie-dysorthographie et qu' elle fait toujours de son mieux. "Ah bon ! lui rétorque l' enseignante dubitative. Etes-vous sûre d'être dyslexique-dysorthographique ? Ma fille de lui répondre : non bien sûr, j'ai simplement voulu mettre un peu de piment dans ma vie.  Si vous êtes vraiment dyslexique-dysorthographique, vous disposez d'un tiers temps pour vos épreuves ? lui demande le professeur. C'est le cas lui dit ma fille." 

    Lors d'un partiel, (Inès est normalement censée avoir un peu plus de temps), un autre professeur lui arrache la feuille des mains estimant qu'elle a eu assez de temps. Inès n'a pu effectuer que la moitiè du travail demandé. Il en a profité pour émettre de nombreuses critiques quant aux méthodes de travail utilisées par ma fille. Un petit bonus !   

    Nos enfants fonctionnent différemment. Leurs méthodes de travail sont spécifiques et peuvent nous paraître singulières. Je le constate encore cette année avec ma fille. Mais, le principal n'est-il pas d'avancer et de réussir ?

    Il arrive que l'on dise à Inès que sa dyslexie ne se remarque pas. Nous prenons toujours ces propos comme un compliment. Cela signifie que tout ce que nous avons entrepris lui est bénéfique. 

     

    Je voudrais donc rappeler certains points primordiaux.

    La dyslexie ne se résume pas uniquement à des difficultés de lecture et d'orthographe. Ce serait bien trop simple. Pour plus d'infos, n'hésitez pas à visiter mon site. Vous y trouverez plein de petits billets pragmatiques qui vous informeront. Wink 98461 480

    Nos enfants travaillent énormément. Les résultats ne sont jamais immédiats, mais il y en a toujours et fort heureusement.  Alors, attention aux jugements hâtifs.

     

    Nos enfants ne sont jamais contre une petite dose de bienveillance et d'empathie. Cela leur fait énormément de bien et les stimule pour évoluer dans les meilleurs conditions. 

     

    Pour preuve, ma fille a passé un oral d'Anglais. Inutile de vous décrire son appréhension. Son professeur est venue lui dire qu'elle était fière d'elle, précisant qu'elle était consciente de ses grosses difficultés. Inès était tellement contente qu'elle m' appelée pour me le raconter. 

    Ces deux anédoctes témoignent du manque de connaissance de ces enseignants sur la dyslexie. Pour une meilleure compréhension et prise en charge de nos enfants, une formation sur les troubles de l'apprentissage est plus que nécessaire. Souhaitons cette prise de conscience. C'est indispensable pour nos enfants.

     

     

     

     

     

     

     

     

  • A titre informatif !

     

    Ce petit billet pour vous rappeler que tout enfant diagnostiqué dyslexique peut bénéficier de plans d'accompagnements (PAP,PPS) du Primaire à la Terminale, mais aussi d'aménagements d'examens pour toutes les épreuves qu'il présentera. (Brevet, CAP, Baccalauréat, Diplômes d' études supérieures, Concours, Permis de conduire). Il en est de même s'il se dirige vers un Apprentissage.

    Une maman que j'ai rencontrée récemment, pensait que son enfant pouvait en bénéficier uniquement jusqu'en troisième. Et bien grosse erreur !

    Ces aides accompagneront votre enfant tout le long de sa scolarité. A vous bien sûr d'en faire la demande.  

    Il me semble très important de le réitérer. Ce n'est à priori pas aussi évident que cela devrait l'être.

     

    Ci-joints quelques liens pour plus d'informations concernant  :

     

    - le pap et le pps

    http://heleneh71.e-monsite.com/pages/qu-est-ce-que-le-pap.html

    http://heleneh71.e-monsite.com/pages/que-pouvez-vous-proposez-dans-le-pai-ou-pps.html

     

    - les aménagements d'examens : 

    http://heleneh71.e-monsite.com/pages/amenagements-d-examens.html

     

     

     

     

     

     

  • Je suis en colère, très en colère !

    En septembre dernier, ma fille Inès, heureuse et fière d'avoir obtenu son bac avec mention bien en juin dernier, intégrait le BTS NDRC qu'elle souhaitait. Elle était épanouie, motivée, déterminée. Munie d'une notion travail bien acquise, elle disposait de toutes les qualités requises pour réussir. 

    Aujourd'hui, après six mois de cours intenses, Inès est  épuisée, le moral dans les chaussettes, et surtout n'a plus foi en elle. Elle envisage même d'abandonner. Pourquoi ? Parce qu'elle doit faire face à une pression intense qui lui est imposée. La majorité des cours sont abordés à la va vite. Tu comprends tant mieux, tu ne comprends pas tant pis.  C'est la loi du marche ou crève.  Elle est submergée de travail personnel et ne dispose que de très peu de temps pour l'effectuer. La moyenne de la promo est de 9,2. Elle se situe au-dessus de la moyenne de classe. Nous sommes donc satisfaits de ses résultats. Mais à quel prix ! Sur 35 étudiants, 11 ont la moyenne. Beaucoup galèrent. Mais, c'est bien sûr la faute de nos enfants. Ils ne travaillent pas assez. J'aimerais savoir, si ceux qui imposent de tels rythmes à nos enfants parviendraient à obtenir de bons résultats ?

    Alors, je suis en colère, très en colère. Vous me comprendrez sûrement, vous parents, qui vous battez au quotidien pour la réussite de votre enfant. Vous qui savez que le moindre progrès est un exploit, parce qu'il lui a et vous a demandé un réel investissement personnel.

    Voici 14 ans que j'accompagne ma fille, que je crois en elle, que je la motive, l'encourage, la valorise afin de lui préserver son estime de soi, sa confiance en soi, dans le seul et unique but qu'elle réussisse. 

    Je suis triste et malheureuse pour ma fille. Je la sais pourtant capable de suivre cette formation. Est-ce sans doute possible dans mon monde de bisounours. Monde dans lequel nous trouvons des personnes bienveillantes et empathiques dont la volonté est d'aider les étudiants à cheminer vers la voie de la réussite. Monde dans lequel il n'existe pas de professeur de coordination dont l'objectif premier est de compter le nombre de déchets qu'il y aura en fin de première année. Entendez par déchéts les étudiants. Pathétique n'est-ce pas. Ne vous inquiétez pas ! Je ne mets pas tous les enseignants dans le même panier. Certains cherchent réellement à aider nos enfants et ce fut le cas pour ma fille. J'ai aussi envie de croire que tous les BTS ne s'effectuent pas dans de telles conditions.On dirait qu' étudier est devenu un combat pour tout étudiant lambda. Alors imaginez pour des enfants comme les nôtres.

    Ces deniers temps, on ne cesse de nous promouvoir l'école inclusive. On se satisfait de constater de la réflexion qui est apportée sur la  prise en charge des étudiants dyslexiques. C'est très bien. Mais sur le terrain, qu'en est-il vraiment ? Et bien c'est :" débrouille toi, et marche ou crève "!!

    Et quand est-il aussi de nos enfants du primaire, du collège et du lycée ? Quand est-il depuis 14 ans  que j'accompagne ma fille ? Ah c'est vrai, on parle de dyslexie. Et l'on doit s'en réjouir. Cela nous fait une belle jambe à nous parents qui sommes sur le terrain. Parce que vous galèrez toujours autant à faire appliquer les PAP ou PPS. Certains  enfants attendent toujours des AESH. Les enseignants sont  toujours aussi démunis face aux difficultés de nos enfants, et j'en passe. Alors où est l'amélioration ? Je vais vous dire que ce qu'il faut pour nos enfants. Et c'est tout simple. Nos enfants doivent pouvoir intégrer des classes aux pédagogies adaptées à leurs difficultés avec des enseignants formés. C'est cela l'école inclusive ! Tout le reste n'est que du pipeau.

    Il est tellement facile de détruire nos enfants en un claquement de doigts et il est si difficile de les reconstruire. Mais vous le savez, n'est-ce pas ?

    Concernant ma fille,  nous allons tout entreprendre pour qu'elle continue. Mais elle est tellement déçue ! Elle n'a de cesse de me répéter qu'elle n'est pas faite pour les études supérieures car elle ne supporte ni cette pression, ni cette athmosphère négative dans laquelle elle doit évoluer.  Et bien moi je lui réponds que si, elle a toutes les capacités pour réussir, mais c'est tout simplement qu'elle vit dans un monde de fous !! 

     

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Etre maman d'un enfant dys

    Si nous jetons un coup d'oeil sur les sites ou forums consacrés à la dyslexie, nous remarquons que ce sont majoritairement des mamans qui s'abonnent ou interviennent. Certaines partagent même leur expérience en créant des forums, des sites, des associations. Nous pourrions presque en conclure que la dyslexie est une affaire de maman. 

     

    Alors, comment les mamans gèrent-elles la dyslexie de leur enfant ?  Est-ce facile d'accompagner un enfant atteint de troubles de l'apprentissage ? De quelle façon l'appréhendent-elles ?

     

    Avant même que le diagnostic soit établi, c'est déjà le parcours du combattant. Nous nous apercevons que quelque chose "cloche" chez notre enfant, sans réellement savoir de quoi il s'agit. Dès la maternelle, des difficultés peuvent surgir. Que dire du primaire et du collège, des séances devoirs, des mauvaises notes accumulées (tout juste si ce n'est pas nous qui les avons !!!), et des appréciations peu flatteuses des enseignants ?

    Quand le diagnostic tombe, nous nous sentons soulagées d'en connaître la cause. Nous prenons vite conscience que nous n'allons pas nous amuser tous les jours. Et ce n'est rien de le dire !!!!

    Dans un premier temps, nous recherchons les raisons de cette dyslexie. Sans pour autant toujours obtenir de réponse à la question d'ailleurs.

    C'est ensuite un marathon qui démarre. Telles des lionnes, nous mettons tout en oeuvre pour aider notre enfant.  Nous n'avons de que de très vagues notions sur la dyslexie !!!!!  Alors, nous nous informons. Nous recherchons des solutions. Nous tentons d'obtenir des rendez-vous auprès des spécialistes. Nous découvrons les délais d'attente, les tarifs d' honoraires des praticiens. Et là, nous tombons des nues. Nous stressons et c'est panique à bord.

    Nous culpabilisons car nous imposons des rythmes soutenus à nos enfants. Ma fille, alors âgée de 5 ans et demi en CP valsait entre les heures de cours, les heures de soutien à l'école, les devoirs et les séances de rééducation. Bref, des heures et des heures de travail infligées à une si petite fille qui n'avait plus beaucoup de temps pour jouer. Jusqu'au jour où j'ai dit stop à cette cadence infernale. J' ai décidé de prendre ma fille en charge. Je ne regrette absolument pas mon choix.

    Et que dire, lorsque nous récupérons nos enfants, le moral dans les chaussettes, parce qu'ils ont ramené une mauvaise note après un travail conséquent fourni à la maison, que l'enseignant que vous avez rencontré de multiples fois ne comprend toujours pas le fonctionnement de votre enfant, que le PAP ou PPS  n'est pas appliqué par l'équipe éducative, que la MDPH refuse la prise en charge de votre enfant, sans oublier de gérer les moqueries des camarades. De quoi se décourager non !

    Difficile aussi pour une maman de voir son enfant douter de lui, avoir une estime de soi en berne. Nous nous évertuons de lui expliquer qu'il est intelligent, qu'il fonctionne différemment, qu'il obtiendra des résultats. On lui demande de ne surtout  pas en douter.

    Mais, les résultats tardent. Alors, nous fatiguons, nous nous démoralisons, nous désespérons. Mais nous ne baissons jamais les bras. Notre leitmotiv ? La réussite et le bien être de notre enfant.

    Nous recherchons parfois une oreille attentive pour confier nos soucis. Mais voilà, ce n'est pas aussi simple qu'on le voudrait. En effet, notre entourage n'endosse pas toujours ce rôle tel que nous le souhaitons. Il minimise les difficultés de notre enfant. Un jour ou l'autre tout va s'arranger. Nous nous efforçons alors d' expliquer que le fonctionnement de notre enfant n'est pas celui d' un enfant "ordinaire". Mais, la mine déconfite ou dubitative de notre interlocuteur nous laisse à penser qu'il ne cerne pas tous nos propos et ne peut donc comprendre ce que nous traversons. Une certaine solitude et lassitude nous envahissent. Nous nous sentons incomprises. Un ras le bol s'installe  !!!!! Mais nous rebondissons toujours et sommes de nouveau à l'affût de solutions.

     

    Alors oui, c'est certain, il n'y a pas mort d'homme. Mais tout de même, épauler un enfant dyslexique n'est pas de tout repos.  Cela demande beaucoup d'énergie, un moral d'acier et un investissement personnel conséquent pour le duo mère-enfant que nous formons.

     

    Je terminerai en délivrant un petit message de soutien et d'espoir à toutes les mamans qui liront ce billet. Vous ne savez plus savoir quoi faire. Vous vous sentez démunie face aux difficultés de votre enfant. Vous pensez ne pas arriver à franchir tous les obstacles qui se présentent à vous. Ne désespérez pas ! Sachez que des solutions se présenteront à vous. N'oubliez pas que vous connaissez mieux que quiconque votre enfant et que vous êtes à même de savoir ce qui est bon pour lui. Pensez y ! Utilisez votre intuition pour chaque décision à prendre. Soyez certaine que des résultats apparaîtront, n'en doutez pas.  Dans quelques années, vous repenserez à ce long cheminement que vous aurez parcouru avec votre enfant. Et vous serez tellement fière d'avoir été une maman battante à ses côtés. C'est une maman combative qui vous le dit.

     

    PS : Dans ce petit billet, je m'adresse aux mamans. Je suis toutefois consciente du soucis que se font les papas pour leur enfant. Tel est le cas de mon mari. Leur investissement est en fait différent du nôtre mais complémentaire. En ce qui me concerne, j'ai arrêté de travailler pour prendre ma fille en charge. J'ai pu le faire grâce à la situation confortable de mon mari. Il a aidé et aide encore sa fille dans certaines matières. Quoiqu'on en dise, la dyslexie est une affaire de famille.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Quelques nouvelles de ma fille (1)

     

    Et bien voilà, 7 semaines de faites ! 

     

    J'en profite donc pour vous donner quelques nouvelles d'Inès. Pour ceux qui me suivent depuis peu, ma fille a intégré en septembre un BTS NDRC (Négociation, Digitalisation,Relation Clientèle).

     

    Le rythme est très soutenu et la charge de travail bien réelle. Elle a 34 heures de cours par semaine. Inès a du jongler avec les cours, la foire de chalon à laquelle elle devait obligatoirement participer certains jours de la semaine et le weekend. Ce fut donc 15 jours sans interruption, avec pour seul repos, une  journée le dimanche. De plus, les profs avaient prévu les partiels au retour de la foire. Soit ! Mais ils ont rajouté une journée d'intégration et visite d'entreprise. Alors quand vous avez beaucoup de travail personnel sans de temps libre pour s'y atteler, je vous laisse imaginer ce que cela peut donner !  Et bien nous avons rusé pour qu'elle puisse réviser !!  Ma fille a beaucoup stressé (et moi aussi d'ailleurs) se demandant si elle allait ou  pas y arriver et tenir le coup.

    La formation lui plait beaucoup. Elle a vraiment la volonté de réussir. Les premiers résultats sont pour le moment très positifs sauf en Anglais, mais ça, on le savait. Elle rencontre plus de facilités en professionnel. Par contre, elle doit fournir plus d'efforts dans les matières comme l'économie, le droit par exemple, les attentes des professeurs étant différentes. 

     

    J'ose espérer que le rythme sera moins intense à partir de novembre. Mais j'en doute ! Ma fille est donc à la recherche de temps libre pour effectuer son travail personnel. Vous savez ce que je veux dire, vous qui avez des enfants dys !  Nous verrons donc à la fin du semestre !!

     

    Une chose est sûre, les vacances sont les bienvenues. Inès est vraiment fatiguée. Elle va pouvoir se reposer !!

     

    Que vos loulous profitent bien de leurs vacances. Je sais ô combien ils les méritent.

     

     

     

     

    Lire la suite